Nicolas Ouellet : rapide et dangereux

Du haut de ses 5’8′ ‘, Nicolas Ouellet n’a rien à envier aux plus grands et costaux que lui. Sur le point de doubler sa production offensive de l’an dernier, tout indique que le meilleur est toujours à venir pour l’ailier de 19 ans (18 ans d’âge junior). Malgré une saison difficile pour l’équipe, les Foreurs ont ici de quoi se réjouir en vue des prochaines campagnes.

Choix de 9e ronde des Foreurs en 2015, gageons que Ouellet fait maintenant mentir bien des recruteurs qui ne le voyaient pas percer au niveau junior majeur. Au moment de sa sélection, la LHJMQ le listait comme mesurant 5’5′ ‘ et demi et faisant osciller la balance sous les 140 livres.

Il est grand temps que les têtes dirigeantes du monde du hockey s’ouvrent aux joueurs de plus petit gabarit. N’aurais-je qu’à nommer Johnny Gaudreau ou un certain Yanni Gourde. Loin de moi l’envie de comparer Ouellet à ces deux joueurs. Seule l’idéologie de mes propos doit être retenue ici.

Si c’est vrai dans la LNH, ce l’est selon moi encore plus dans la LHJMQ, ligue dans laquelle évoluent des jeunes hommes qui n’ont en majorité pas atteint leur maturité physique.

Revenons-en à Ouellet. Utilisé à toutes les sauces à Val-d’Or cette saison, l’attaquant ne cesse de prendre du gallon. Assurément l’une des pierres angulaires des Foreurs, l’expérience qu’il accumule actuellement n’a pas de prix.

Comme mentionné plus haut, le Mascouchois est présentement âgé de 19 ans, mais son âge junior est de 18 ans (né en 1999). C’est donc dire qu’il pourra évoluer encore deux ans dans le circuit Courteau.

Déjà considéré comme un leader, son rôle sera encore plus important l’an prochain avec le départs de plusieurs vétérans, dont le capitaine actuel de l’équipe David Henley. Nul doute, à mon humble avis, que Ouellet a une bonne tête sur les épaules afin de montrer l’exemple à ses coéquipiers.

Que ce soit à 5 contre 5, en avantage numérique ou à court d’un homme, l’attaquant est partout. Tout ce qu’il fait, il le fait bien. C’est très difficile de trouver quelque chose à lui reprocher.

Sa simple présence dans l’alignement semble avoir un effet sur ses coéquipiers. Lorsqu’il n’y est pas, on le sent. Il apporte de l’énergie sur la glace qui se transmet aux autres joueurs. Le terme bougie d’allumage est plus qu’approprié pour le décrire.

Son arme de prédilection : sa vitesse. Fusée. Bombe. Missile. Appelez-le comme vous le souhaitez bien, ces noms lui vont tous à merveille. Se défaire d’un défenseur adverse semble presque facile pour lui. Lorsqu’il gagnera en masse musculaire et sera plus fort physiquement, ce sera tout sauf plaisant de l’affronter en situation de 1 contre 1, face à face. Déjà que ça ne doit pas l’être du tout!

Qu’il était trop petit pour percer, oh que Nicolas Ouellet doit l’avoir entendu souvent. Pourtant, il évolue maintenant dans la LHJMQ et effectue un travail digne de mention avec les Foreurs de Val-d’Or. Le changement de mentalité se fait tranquillement. Les petits joueurs ont de plus en plus leur place dans le hockey professionnel. Pour ceux-ci, Ouellet est un bel exemple à suivre, peu importe à quel endroit son cheminement dans notre cher sport national s’arrêtera.

Par Maxim Larouche

Photo : Foreurs de Val-d’Or / Dany Germain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s