Robert Thomas: Avec les Blues dès l’an prochain?

26 février 2018. Date limite des transactions dans la Ligue Nationale de Hockey.

En pleine course aux séries éliminatoires, les Blues de Saint-Louis et leur directeur général, Doug Armstrong, prennent la surprenante décision de troquer le centre Paul Stastny. Celui-ci connaissait une honnête saison de 40 points en 63 parties, aux Jets de Winnipeg en retour d’Erik Foley, d’un choix conditionnel de première ronde en 2018 et d’un choix conditionnel de quatrième ronde en 2020.

Consternation dans le camp de l’entraîneur Mike Yeo alors que le joueur vedette de l’équipe, Brayden Schenn, fait une sortie en règle contre l’état major de l’organisation pour vilipender la décision de liquider Stastny et, par le fait même, de mettre, indirectement, une croix sur la présente saison.

Avant la transaction, les Blues étaient bien positionnés dans le portrait des séries éliminatoires. Ils étaient accrochés à l’une des «Wild Card» et, malgré une série de défaite, l’équipe restait au plus fort de la course. Force est d’admettre que cette transaction a scié les jambes de l’équipes. Les Blues n’ont qu’une seule victoire dans les dix dernières rencontres…

Pourquoi Armstrong a agit de la sorte? Pourquoi liquider un centre top 6 alors que son équipe était en position de faire les séries éliminatoires?

Le patron hockey des Blues a pris cette décision pour deux raisons précises:

1. Il ne croyait pas que son équipe avait ce qu’il fallait pour remporter une Coupe Stanley ce printemps.

2. Il ne comptait pas resigner Stastny, qui tombait agent libre en juillet, parce qu’il croit avoir les ressources nécessaires pour le remplacer à l’interne.

Ce fameux remplacent désigné est un certain Robert Thomas.

Ce nom vous dit peut-être quelque chose. En effet, Thomas a été associé régulièrement, depuis le début de l’année, à des rumeurs de transactions amenant le capitaine du Tricolore, Max Pacioretty, aux Blues de Saint-Louis.

Un vœu pieu de certains journalistes montréalais, si vous voulez mon avis. Je ne crois pas que Robert Thomas ait été vraiment disponible.

En fait, Doug Armstrong a acquis la certitude que son choix de 1ière ronde en 2017 (20e au total) peut percer l’alignement de son équipe l’an prochain. Encore mieux, il croit que le jeune joueur de centre droitier de 18 ans peut contribuer sur le Top 6 de la formation du Missouri dès le début de la saison.

En d’autres mots, la tête dirigeante des Blues voit Robert Thomas prendre la chaise d’un certain Paul Stastny, 14 ans son aîné et sept fois mieux payé que lui puisque le natif d’Aurora, en Ontario, sera sur son contrat d’entrée pour les trois prochaines années.

Plutôt que de perdre le fils du légendaire Peter Stastny pour rien lors du marché des agents libres, Doug Armstrong et sa garde rapprochée ont pris la décision d’acquérir des actifs intéressants pour le futur de l’organisation avec un choix de 1ière ronde pour le prochain encan amateur qui s’annonce très intéressant.

Une vision à long terme qui pourrait rapporter gros. C’est ce qu’on appelle une saine gestion des effectifs. Dans une Ligue Nationale où le rapport qualité/prix prend de plus en plus d’importance sous l’ère du plafond salarial, la transaction de Stastny est une décision éclairée.

Ne reste plus qu’à Robert Thomas de remplir la partie de son mandat, c’est-à-dire jouer un rôle important dans l’effectif des Blues dès la saison prochaine. Peut-il y arriver?

Le joueur de 6 pieds et 188 livres provient d’une organisation junior qui représente une vraie mine d’or en ce qui trait au développement des joueurs de la LNH: Les Knights de London. Bien qu’il ait été échangé durant la présente saison aux Bulldogs d’Hamilton, il ne fait aucun doute qu’il a appris comment être un joueur de hockey professionnel auprès de la famille Hunter lors des trois dernières années.

On dit de Robert Thomas qu’il est un bon leader et un gagnant. Sa médaille d’or au championnat junior et sa Coupe Memorial en sont de belles preuves. Ce sont des qualités essentielles pour percer l’alignement d’une équipe comme les Blues à un si jeune âge.

Accumulant 77 points en seulement 46 parties jusqu’ici, l’Ontarien est un joueur complet et polyvalent dans les deux sens de la patinoire. On lui donne plusieurs missions défensives pour contrer les meilleurs joueurs adverses.

Si, par malheur, Robert Thomas ne parvient pas à développer son flair offensif à un autre niveau, comme on s’y attend pour un espoir de son calibre, nul doute qu’il parviendra tout de même à jouer dans la LNH sur une base régulière. Peut-être dans un rôle de centre de troisième ou quatrième trio grâce à cette belle polyvalence.

Son sens du hockey et son intelligence sur la patinoire sont largement au dessus de la moyenne des joueurs de son âge. C’est d’ailleurs sa plus grande qualité de joueur de hockey. Robert Thomas est d’abord et avant tout un fabricant de jeu. Il distribue bien la rondelle à ses compagnons de trio qui profitent du grand talent de leur joueur de centre pour enfiler l’aiguille régulièrement.

Joueur très rapide sur patin, il parviendra sans aucun doute à s’adapter à la rapidité de la grande ligue pour devenir l’un des patineurs efficaces du circuit Bettman.

Robert Thomas devra cependant améliorer son tir. Depuis la transaction qui l’a fait passer des Knights aux Bulldogs, le droitier n’a que 3 filets en 19 parties, ce qui est très peu pour un joueur de 18 ans et un premier choix d’une organisation de la LNH.

Il est encore trop tôt pour prédire que le jeune Thomas atteindra la Ligue Nationale dès la saison 2018-19. Plusieurs choses peuvent se produire d’ici le mois de septembre. La signature importante d’un joueur de centre des Blues lors du marché des joueurs autonomes ou une blessure sérieuse de Thomas peuvent lui offrir un billet aller simple pour une dernière saison junior.

Une chose est certaine, si Robert Thomas ne perce pas l’alignement de Mike Yeo à l’automne prochain, ce n’est qu’une question de temps avant qu’il n’y parvienne et qu’il fasse parler son grand talent dans la meilleure ligue de hockey au monde.

Par Marc-Antoine Bélair

Crédit photo: nhl.com

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s