Xavier Bouchard: Une erreur de parcours

En cette saison 2017-2018, le Drakkar de Baie-Comeau pourrait être identifié comme étant la plus grande déception dans le circuit Courteau. Classé en première moitié de classement ou même dans le premier tiers par la plupart des gens, la troupe de Martin Bernard a du se contenter d’une 13e place et d’une sortie rapide en première ronde.

Parmi les déceptions individuelles, la plus grande est sans contredit Xavier Bouchard. Le défenseur de 17 ans a connu une saison très en deçà des attentes, c’est le moins qu’on puisse dire. Le jeune homme a été victime de la fameuse guigne de la deuxième année, le sophomore jinx.

La saison dernière, Bouchard se plaçait au deuxième rang des pointeurs au Canada chez les défenseurs de 16 ans, premier dans la LHJMQ. Avant le début de la saison, il était identifié possiblement comme un choix de 2e ou 3e tour dans la LNH.

Cette année, sa production offensive est passée de 34 à 21 points et son différentiel de -3 à -30. Il commettait des erreurs qu’il faisait moins, ou pas du tout à 16 ans.

Néanmoins, la guigne de la deuxième année, c’est bien dommage, mais ça arrive. Il n’est pas le premier à qui ça se produit et ne sera certainement pas le dernier.

Que ce soit à Baie-Comeau ou à l’extérieur, j’ai entendu bon nombre de critiques à son endroit, qui me semblaient injustifiées plus souvent qu’autrement. Il est essentiel d’apporter quelques nuances et de prendre le temps d’analyser les faits correctement. Soyons rationnel un instant: Bouchard n’est pas devenu mauvais sans raison du jour au lendemain.

À mon humble avis, tout est arrivé en même temps pour Bouchard. Trop. Il a du prendre les bouchées doubles, triples, quadruples même… Des bouchées tellement grosses qu’il a fini par s’étouffer.

Tout a commencé avant le début de la saison, lorsque Matteo Pietroniro a annoncé qu’il quittait l’équipe afin de poursuivre sa carrière aux États-Unis. Pietroniro n’est pas Bobby Orr, mais on parle quand même d’un vétéran qui pouvait jouer dans plusieurs situations. Bref, une valeur sûre.

Avec son départ, Bouchard devenait en quelque sorte le premier défenseur droitier du Drakkar, par défaut. Suite à la saison, on peut conclure que c’est un rôle qu’il n’était vraisemblablement pas prêt à assumer complètement.

Est-ce grave? Peut-on lui en vouloir? Bien sûr que non. Bien peu de joueurs auraient pu réussir à accomplir une telle tâche dans les circonstances.

Était-il bien entouré? Avait-il un bon partenaire pour l’aider? Force est d’admettre que non. Yan Aucoin faisait autant sinon plus d’erreurs que lui. De son côté, Bradley Lalonde était essentiellement un défenseur offensif, mais aussi plutôt à risque dans sa zone. Même si Bouchard avait joué comme Raymond Bourque toute la saison, la défensive du Drakkar aurait à peine mieux paru.

De plus, il ne faut pas oublier qu’il en était à son année de repêchage. Malgré que plusieurs joueurs prétendent ne pas y penser ou ne pas avoir de pression supplémentaire, je n’en crois pas un traître mot.

Pour faire un parallèle, Bouchard s’est retrouvé dans la même situation que Nicolas Meloche il y a trois ans. Ce dernier était devenu le premier droitier de la formation, à 17 ans également. Meloche avait non-seulement relevé le défi avec brio, mais avait aussi connu ce que je considère comme étant la meilleure saison de sa carrière junior.

Néanmoins, il serait illégitime de comparer Bouchard à Meloche, à cause de leurs antécédents respectifs. À 16 ans, Meloche évoluait sur le troisième duo de la meilleure défensive de la ligue, composée essentiellement de joueurs de 19 et 20 ans. Le Drakkar avait gagné le trophée Jean-Rougeau et n’était qu’à un but de remporter la Coupe du Président. L’année suivante, malgré une défensive démantelée, le noyau de l’équipe était toujours constitué de vétérans de 19 et 20 ans.

Dans un cas comme dans l’autre, Bouchard n’a pas eu la même chance. Force est d’admettre que Meloche était vraisemblablement mieux préparé. Du moins, l’expérience acquise lors de l’année précédente ne lui a certainement pas nui.

En résumé, j’ose espérer que la mauvaise saison de Xavier Bouchard n’était qu’une simple erreur de parcours. On dit que l’on apprend davantage de ses erreurs. Si c’est le cas, il a certainement appris beaucoup cette année et en sortira amélioré l’an prochain. Toutefois, je crois qu’il sera nécessaire de lui apporter de l’aide du côté gauche; un défenseur stable dans sa zone.

Photo: AOProspects.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s